Déjà la troisième récolte : bilan et perspectives

On peut dire que

les deux premières années de la campagne « Sauvons la Pompadour » ont été un succès. Un site visité par plusieurs dizaines de milliers de personnes depuis le début de l’opération (c’est en réalité très peu, comparé à n’importe quel site populaire, mais c’est déjà beaucoup pour nous, agriculteurs), plusieurs centaines de messages, de cartes et de lettres de soutiens reçus, des médias qui portent notre démarche avec enthousiasme, et des ventes doublées en grande distribution. Encouragés par ce soutien unanime et par un épuisement des stocks très précoce la première année (dès le mois de janvier), nous avons planté en 2010, 9 hectares supplémentaires de Pompadour. La récolte a été belle et a permis à la Pompadour d’être un peu plus présente dans les supermarchés.

près de 37000 visiteurs uniques sur le site depuis le 1er septembre 2009
• environ 350 commentaires reçus sur le site
• une soixantaine de retombées dans les médias : dont 4 reportages TV et 4 émissions de radio

30000 plants de Pompadour distribués aux jardiniers, associations et écoles au printemps 2011
• des ventes triplées en deux ans de campagne, surtout grâce aux magasins (essentiellement
les enseignes Monoprix, Carrefour, Leclerc, Sytème U et plus récemment chez Intermarché et Simply Market).

 

carteregions

2011/2012, une récolte difficile

Mais la récolte de septembre dernier est venue nous rappeler une chose : le combat pour la Pompadour n’est jamais gagné. A cause des conditions climatiques difficiles que nous avons rencontré cette année, nous avons perdu 30% de notre récolte, car elle a développé des maladies qui affectent l’aspect de sa peau et la rendent invendable.

Patrick Monnier, qui suit les cultures des producteurs de l’Association Pompadour Label Rouge de très près, nous explique :

Le début d’été très sec combiné aux restrictions d’arrosage ont induit un manque d’eau pour les pommes de terre, et le développement d’une maladie de peau appelée gale commune.

Au mois d’août, pendant le défanage (période très importante, où l’on supprime la végétation des pommes de terre pour permettre à leur peau de s’épaissir et donc de se conserver longtemps après la récolte), il a au contraire beaucoup plu. Du coup, la peau des Pompadour a mis beaucoup plus de temps à se former (10 ou 11 semaines chez certains producteurs au lieu de 4 semaines habituellement). Et malheureusement, plus ce délai s’allonge, plus les pommes de terre développent des maladies de peau.

Ajouté à cela, la Pompadour qui, habituellement, a une dormance plutôt longue (période entre la récolte et le moment où elle va commencer à germer) a vu celle-ci se raccourcir en raison du stress qu’elle a vécu cet été.

Du coup, 30% de notre récolte est invendable car elle ne correspond pas aux exigences d’aspect des magasins. Malgré tout le soin qu’on apporte à la Pompadour, on ne maîtrise pas tout. Mais c’est un problème qu’ont rencontré toutes cultures de pomme de terre, mais la Pompadour étant particulièrement sensible, cela l’affecte davantage.

barquette pompadour Audouin

Quelles perspectives d’avenir ?

Sans remettre en cause notre attachement à la Pompadour, cela affecte forcément notre enthousiasme, et nous avons plus que jamais besoin de votre soutien. Nous n’allons néanmoins pas nous laisser abattre :

  • nous réitérons ce printemps l’opération « Cultivez la Pompadour » et la distribution de plants aux jardiniers (même si nous sommes forcés de réduire les quantités offertes)
  • nous essayons d’améliorer encore notre démarche en rendant ce site plus accessible et en faisant de nos emballages, le reflet le plus juste possible de notre état d’esprit.

Nous nous étions donné trois ans pour relancer la Pompadour, et malgré cette année difficile, nous avons constaté que l’envie de manger de bons produits, dont on connaît l’histoire et les producteurs, est plus que jamais présente. Pour cela, nous tenons à continuer notre travail pour la Pompadour, sans relâcher nos efforts !

A bientôt !

Olivier, producteur et président de l’Association Pompadour Label Rouge

signatureOpilat

 
 
 

Publié dans AccueilCommentaires (0)

Laisser un commentaire

web