Alban

Avec un papa agriculteur (Audouin de l’Epine) et spécialiste des variétés de pommes de terre et notamment de la Pompadour, Alban a grandi au milieu des champs. Pas étonnant qu’il ait été contaminé par le virus de la terre. « Dans ma fratrie, c’est moi le paysan ! », dit-en plaisantant, pour témoigner son amour de sa ferme, de son village et de la plaine.

C’est peut-être parce que pour lui, l’agriculture est profondément une histoire de famille, qu’il considère sa ferme avec autant de tendresse. Il travaille aux côtés de sa femme, a envie de transmettre à ses enfants les valeurs et l’amour de la plaine que son père lui a légués, et se sent investi d’une mission : celle de prendre soin de la terre et du paysage qu’on lui a confiés, comme de son propre jardin potager.

Alban est à l’image de la Pompadour : humble, mais perfectionniste, et assurément gourmet. Il ne se donne pas des objectifs irréalistes, mais vise la plus grande qualité possible dans ce qu’il sait faire.

Fort de l’esprit de modernité de son père, il reste cependant toujours à l’écoute des évolutions : « L’agriculture bouge à grande vitesse, les habitudes alimentaires aussi, on essaie de suivre les changements de la société ». Il met aussi un point d’honneur à ne jamais s’endormir sur ses lauriers. Pour lui, un bon agriculteur, c’est quelqu’un de prudent et de modeste, qui n’oublie pas que la nature le dépasse complètement.

"Je veux être fier de ce que je produis"

 

Au fond, Alban veut simplement continuer à vivre paisiblement son histoire d’amour avec la plaine, cultiver des produits dont il serait fier en terme de goût, comme la Pompadour dont il confie n’avoir « jamais mangé une pomme de terre aussi fondante », et vivre une vie douce en compagnie de sa femme et de ses deux enfants.